La guerre des boutons...

L'HORREUR! Je suis un monstre… jamais Hubert ne voudra plus m’embrasser…

Ce matin, devant la glace, j’ai découvert des bébés cratères sur ma face… ouhouhouh : J’ai 3 ENORMES BOUTONS et évidemment à ce stade impossible de les faire disparaître!

J’ai bien essayé d’appuyer dessus pour qu’ils rentrent, je les ai triturés pour qu’ils se transforment en mauvais souvenirs, j’ai tenté toutes les crèmes miracles de la salle de bain mais RIEN RIEN échec cuisant : à mon grand désespoir, ils ont planté leur tente et ne sont pas près de déguerpir… je les ai pas invités moi !
En plus, évidemment, j’ai eu une super idée hier, j’suis allée chez le coiffeur et il a coupé trop court… ces bêtes cheveux ne peuvent même plus rien camoufler…

Et évidemment, c’est au sommet de ma rage que ma mère a choisi de rentrer dans la salle de bain (lieu strictement interdit quand j’y suis mais bon là j’avais tellement hurlé pour qu’elle vienne à la rescousse).
Normalement, les mères, c’est des magiciennes, elles ont soi-disant toujours des trucs… mais là, là, elle a rien compris, elle s’est carrément foutue de moi : « avoir 3 boutons, c’est quand même pas la fin du monde,… » gnigni, gnagna. Mais elle est tombée sur sa tête pendant son sommeil ou qwa ? On voit que c’est pas elle qui a trois boutons. TROIS. (j'ai l'impression qu'Hubert va plus vouloir me regarder... ou bien alors comme la table de mixage...)

Bref, j’ai dû utiliser le plan B : autant de couche de fond de teint que de boutons (à vue de nez, la moitié du pot y est passée). Le pire, c’est que je suis pas certaine que ça cachait qq chose… arrivée dans les w-c de l’école j’ai vite été voir pour un dernier ajustage avant le premier cours… ils avaient mûri… bèrk! bèrk! bèrk! et le fond de teint les avait joliment mis en valeur… Bref, la grosse honte! Je suis pas la reine du camouflage! Heureusement, la journée est vite passée et presque personne n’a relevé… enfin j’espère… maintenant, c'est le w-end... je leurs donne 2 jours pour disparaîte!

 

Fichier attachéTaille
Icône audio trois_boutons.mp3975.51 Ko

Solidarité toute l’année

J’imagine que tout le monde a entendu parler… (ou alors, fô vraiment avoir d’énormes bouchons dans les oreilles !) aujourd’hui on est le premier décembre et c’est la journée mondiale de lutte contre le Sida.Tout le monde a droit à un traitement médical, rappelle MSF dans son spot TV.

Et ben mwa, un jour comme aujourd’hui je pense au « Professeur » de Gatwekera… tout là bas, super loin.

J’vous le présente en qqs mots. Le « Professeur », c’est Kévin. Il a 15 ans et il vit donc là après les mers et les déserts, au Kenya. Il est séropositif… depuis toujours pcq il est né avec. Une « chance » dans sa malchance, depuis qqs temps, il a un traitement. MSF (c’est Médecins Sans Frontière) lui donne des médicaments.

Toute son histoire est racontée ici.

Mwa, ce que je trouve super beau et ce qui m’a scotchée en fait, c’est que sa petite sœur lui rappelle à quelle heure il doit prendre ses médicaments… deux fois par jour : 07 h et 19h. Ce que je veux dire, c’est pas seulement que c’est chouette qu’elle surveille l’heure mais c’est surtout qu’elle a pas peur, elle l’a pas fui… elle reste à ses côtés… comme tout ses copains de classe et ses copains de foot. Il est malade mais il est pas tout seul.

Tout le monde a droit à un traitement médical, rappelle MSF dans son spot TV.

Remember...

 

Hier, on est allé au ciné avec Hubert. Je ne sais pas pourqwa mais j'ai repensé à la première fois où ma mère m'a emmenée au ciné. J’étais toute petite.
J' crois que j'étais toute seule avec elle. C'était un moment magique !!!...
En fait, un jour après l'école, elle m'a dit que si j'étais sage on irait au ciné. Quelle fête. J'étais toute excitée! J'ai décompté... plus que 3 fois dormir, 2 fois... Et voilà le GRAND jour!
Il faisait super froid alors Maman m'a mis mon grand manteau (beurk !!!). Puis on a dû faire la file et ça m'a semblé hyper long! Maman a demandé les tickets à une dame derrière une vitre. Après, elle a donné une pièce à une autre dame qui lui a tendu une revue. J'ai pas compris tout de suite pourqwa on recevait une revue alors qu'on allait regarder un film dans le noir... ;-)
Puis on est rentré dans une salle comme j'avais encore jamais vu : immense, pleine de sièges, avec un peu de lumière. Maman a choisi deux énormes sièges et pour que je vois bien, elle a mis sa veste et mon manteau sous mes fesses (finalement, j'étais contente qu'elle m'ait mis mon grand manteau!). J'avais l'impression d'être super grande.
Tout d'un coup, il a fait tout noir et tout silence. J'ai eu un peu peur pcq je voyais plus le visage de maman et que quand on est à la maison et qu’on regarde le télé, j’avais l’habitude de la voir.
Le film, le titre… oubliés. Mais j'ai été super impressionnée et je me suis dit que là, j'entrais dans le monde des grands.
Parfois, ça me manque de plus ressentir ça, de ne plus être super étonnée, je m'ennuie trop vite. En plus des moments comme ça, j'ai l'impression que j'en vis plus jamais avec mes parents. D'ailleurs j'vais plus jamais au ciné avec ma maman. D'un côté, j'trouverai ça ringard mais d'un autre ce serait l'occasion de faire qq chose ensemble comme quand j'étais petite…Peut-être qu'un de ces jours je devrais lui proposer...

 

Fichier attachéTaille
Icône audio cine.mp3889.8 Ko

Terre d'accueil

On a été voir Atterrissage la pièce de Kangni Alem, inspirée de l'histoire de Yaguine et Fodé.

 

Je vous explique en deux mots pcq c’est une histoire vraie : le 2 août 1999, à Bruxelles, dans le train d'atterrissage d'un avion en provenance de Conakry, deux adolescents guinéens sont retrouvés morts.

 

Ils avaient 14 et 15 ans. Ils s'appelaient Yaguine Koïta et Fodé Tounkara. C’est leur carte d’étudiant qui a permis de les identifier. Puis, y en avait un qui avait emmené son carnet scolaire de l'année et l'autre qui tenait super serré dans sa main une lettre. Je la mets dans un autre page pcq elle est trop émouvante. Fô cliquer ici pour lire leur super belle lettre.

 

C’est dingue de savoir qu’en Guinée, la moitié de la population survit avec moins d'un Euro par jour; qu’un tiers des gens ne sait même pas lire. Et que l’espérance de vie, c’est 45 ans. A peine.

 

En sortant du théâtre, Choopeta a lancé: "Et dire que mon père râle parce que les avions font trop de bruit..."

 

 

Bombe glacée...

Et voilà comme d’hab, le souper familial a dérapé… :-/
Je ne sais pas si c’est comme ça dans toute les familles mais chez mwa, c’est marrant, mais dès que l’on se met à table, c’est le parloir assuré! Faut raconter sa journée, parler de ce qu’on a fait à l’école, ce qu’on a appris…, dire ce qu’on aime,… gnigni, gnagna,… tout!

Ils savent pas être naturel ou qwa ??? De toute façon, ça sent trop le chiqué, on voit trop qu’ils se creusent la tête pour trouver "LE" sujet consensuel sur lequel il y aura pas trop d’engueulades. Parce que je sais pas pourqwa mais dès qu’ils disent des choses, j’ai envie de dire l’inverse… rien que pour les contredire… aller à l’affrontement.
L’autre jour, puisqu’il fallait parler, je racontais des blagues qu’on avait faites à l’école avec des potes. Et comme d’hab, ça s’est terminé en engueulade parce qu’ils disent toujours que mes potes c’est des cons, que je fais que des trucs bêtes… et plus ils disent ça, plus ça me met en boulette et je finis par les contredire sur tout. Heureusement que le lancé de nourriture est clairement interdit. Et puis j’ai quand même des remords de jouer avec (rapport à la famine dans le monde quand même) mais franchement, dans mes rêves parfois j’aurais bien envie de tout envoyer valser. Je me demande si c’est pareil chez les autres… hein?...chez twa, ça se passe comment???

Fichier attachéTaille
Icône audio souper_familial.mp31.12 Mo

Hubert et Miss Kafka

Je sais, je sais, je sais ! Je sais que

  • le standard explose et que si tu veux le bouquin d'Hubert il faut parfois attendre ou téléphoner 2 800 fois (mais c’est Zéro Euro !!!)
  • le standard est ouvert seulement les jours ouvrable de 8h à 18 et que tu voudrais que ce soit ouvert le soir (Cette année, c’est pas moi le maître du monde !)
  • quand tu as enfin la ligne, Miss Kafka te demande d'appuyer sur le 1 ou le 2 et que tu te fous de toutes ces des options que c'est le bouquin d'Hubert que tu veux. Et vite!

Inutile de me le dire. Je sais ! D’ailleurs, Hubert va mettre au point le spray contre les profs paresseux, ça marchera aussi contre Miss Kafka!

Inutile de me demander des bouquin, j'en ai pas (‘fin juste un mais je le garde pour mwa !). Imagine un peu la tête de mon père si j'encombrais ma chambre, le salon, le couloir avec des caisses, des enveloppes et des timbres !


MAIS, j'aime quand

  • tu me dis qu’après avoir franchis fossés et barbelés téléphoniques, tu es (enfin !) tombé sur une VRAIE personne, charmante, qui va t'envoyer le bouquin d'Hubert et qui en plus t'a dis « Bonne journée » en déversant du soleil dans le téléphone!
  • J'aime aussi quand tu passes compléter, corriger, en douce mes pages et inventer des épisodes de ma vie !

1: Réveil. Aujourd'hui, il fera...

AHHHHHHH… je déteste celui qui a inventé qu’il fallait se réveiller !!! On est si bien sous la couette, au chaud, au doux…

Déjà, j’ai mis au point des stratégies pour que ce moment soit le moins pénible possible. Faut être imaginatif, j’avoue ! Mais je suis intransigeante sur ces deux règles d’or :

  • Pas d’engins à sonnerie barbare. Seuls les appareils diffusant de la Zik en douceur sont autorisés. Mwa j’aime bien rêvoter encore un peu quand le réveil se met en marche. Une fois même, j’ai cru que c’était le générique de fin de mon rêve. Le réveil s’est déclenché et mon rêve s’est terminé en douceur. Ca c’est super !
  • Barrage inconditionnel aux humains. C’est fini, pas de gens pour ouvrir les rideaux ni même glisser un « il est l’heure de se lever. Il fait beau aujourd’hui. ». Tout le monde le sait, personne ne peut rentrer. C’est mwa qui sors !

Mais malgré tout ça, y a rien à faire quand c’est jour d’école… j’ai super souvent les yeux qui collent… Par contre, les jours de vacances …euh… ;-)…

Mais bon, j'imagine que je ne suis pas toute seule... hein?!

Dynasty

Today, vandaag, lyoum, c’est la fête du Roi. Pour des occasions pareilles, Rachid s’en donne à cœur joie et sort son T-shirt « Belge et fier de l’être ». Faut pas croire qu’il rigole ou se moque. Pas du tout, il a juste un super sourire et lève la tête avec une mimique de premier ministre (c’est vrai que je le verrais bien en premier ministre celui-là)


Rapport à mon billet précédent, Léon-ce, est arrivée ce matin avec un morceau de Tandem «Si t'as fait de belles études/C'est mieux qu'une grosse peine sais-tu/Que faire du bitume, c'est voir des frères qui s'entubent ou qui s'entretuent/Enculé moi j'ai grillé ton plan macabre/Plus de jeunes à la morgue ça fait moins de jeunes à la barre/La vie qu'j'ai, tu la connais par coeur vu qu'c'est partout la même/ J'baiserai la France jusqu'à c'quelle m'aime.» (93 Hardcore).

Si t'as des rap-en-stock, envoie les lui direct à leon-ce

Ca crame en France…

Je l’ai vu à la télé …des centaines de voitures, des crèches des écoles qui crament...
Et franchement, j’ai eu la larme quand un beur de 16 ans (pas mal du tout d’ailleurs J) champion de France de je ne sais plus quel art martial chialait devant sa salle de sport partie en fumée. Le sport, c’était sa façon à lui de sortir de sa banlieue et aussi de montrer une autre image des jeunes.

Mon père il enrage contre ces voyous. Moi, je me demande pourquoi ils en arrivent là. Pour vouloir tout casser comme ça, faut en avoir vachement gros sur la patate. J’ai essayé d’aller voir sur des blogs français, pour voir un peu ce que les gens disent.

Et je suis tombée sur un blog d’hommage aux deux jeunes qui sont morts dans une cabine électrique en fuyant la police (c’est ça qui aurait déclenché les émeutes au début). « BOUNA ET ZIED !! D pote ki nou on kité tro to. Rendons leur hommage. TOUT CLICHY EST AVEC VOUS LES GARS ».

Mwa, je suis OK avec ça. C’est vraiment trop moche de mourir si jeune. Mais je me demande vraiment si on arrange les choses en brûlant les crèches…

Sur un autre blog, Domino expliquait super bien, je trouve, alors je le cite « derrière tant de violence irrationnelle (je dit irrationnelle, car il s'attaque a leur propre quartier) il y a de réelles revendications et surtout une réelle souffrance. Ils sont confronté a l'injustice, la discrimination et la violence quotidienne (ds la rue, a l'école et évidemment par les flics)… (sic)»

Je vis pas dans une banlieue française, mais je peux imaginer qu’il y a du vrai là dedans, non ?

Et le mot de la fin, je le laisse à Camy la punaise qui dit sur son blog : « C'est facile d'aller provoquer les gens chez eux, comme c'est facile de réagir par la violence... mais trouver des jobs, des foyers décents, l'égalité -la vraie- pour tous, qui s'en charge de ça?!! Personne...et c'est bien là le vrai problème! ».

En tout cas, ça fait réfléchir tout ça… on peut pas rester indifférent… sinon le monde, il devient qwa ?



PS : Et dans ce mic mac, j’ai essayé de trouver comment il était apparu, ce mot de « racaille ». Pas si simple que cela ; on en parle dans Arrêt sur images (France 5). Quant à l’étymologie… Ohlààà... Si tu sais dis-le-me-le.

La salle de bain… mon ring à mwa

Tout le monde croit que la salle de bain est un moulin… j’aime pas que l’on me voit toute nue, je suis gênée et d’ailleurs je déteste les voir nus aussi… non mais franchement, ils me terrorisent ! Chacun chez soi, c’est beaucoup mieux ! Quand j’aurai ma maison, c’est certain, il y aura deux sdb. Une pour Hubert et mwa et une pour les autres.

C’est déjà pas évident de regarder son corps mais alors quand c’est des yeux étrangers qui se posent dessus! Comment je vais dire à mes parents (et cette fois, il faut qu'ils comprennent) que j’ai pas envie qu’ils rentrent? J’entends déjà les réflexions… « mais enfin, c’est quand même moi qui t’ai mise au monde, c’est moi qui t’ai lavée pendant des années… » gnignigni gnagnagna… oui mais bon maintenant, c’est plus toi qui me laves!!! J’ai plus besoin de toi (pour faire ça en tout cas !!!)

Fichier attachéTaille
Icône audio salle_de_bain.mp3895.51 Ko