Des mots assassins 

Ça reste dans ma tête. Comme une griffure. J’ai entendu l’histoire de Lisa, 15 ans qui s’est suicidée. J’ai froid. Je ne la connaissais pas. Peu importe. Partout, on dit que c’est à cause du harcèlement qu’elle vivait.  Et mwa, dans ma tête, ça me met en rage. Pas contre elle... pas du tout. En rage contre tout autour... en rage contre le vide qu’elle a perçu... mwa, j’imagine qu’elle ne voyait plus rien... le brouillard est devenu tellement dense, tellement collant, qu’il a fini par l’aspirer...  Il y a dans ma tête un petit bonhomme qui sautille en criant « IMPUISSANCE, IMPUISSANCE » Il agite tjs les même questions qui tournent alors en boucle.   Est-ce qu’elle ne voyait personne autour d’elle chez qui elle pouvait déposer son sac de pierres ? Comment on peut aider les gens à dépasser l’idée qu’ils ont d’être seuls, seuls à devoir se débrouiller avec ce qui leur arrive, qu’ils ne peuvent pas compter sur les autres ?  Comment on peut aider les gens à dépasser ce sentiment de honte qui bien souvent nous paralyse ? « Ahhh non non, je peux pas lui dire ça, j’ai trop honte. En plus après, il ne me verra plus que comme ça... »  Comment quand on est dans ce brouillard tout collant trouver la petite chose qui va faire qu’on va choisir d’ouvrir une porte et pas de les fermer toutes à tout jamais ? Pourquoi on n’arrive pas à couper le fil de ces espaces sur lesquels on est injurié ?  Comment trouver la force pour monter au créneau quand on est témoin de ça, pour faire barrage à ces insultes quand on les voit se produire juste là, devant ? Ou puiser cette force ?  C’est kwa vos trucs pour intervenir quand il y a des mots assassins qui volent sous votre nez, qui sifflent sous vos yeux et vos écrans ?  

Commentaires

Déjà je pense qu’il faut réagir et contrer les attaques que subit la personne parce que si on est passif c’est un peu la même chose qu’etre d’accord avec ceux qui persécutent. Après bien sûr on ne sera pas toujours là, et peut être que nous aussi on se fera insulter mais n'empêche que les persécuteurs et même les personnes autours verront que il y a quelqu’un qui s’oppose à ça, et ça va soulever des questions : « c’est vrai que ce qu’il a dit était méchant »; « elle/ il peut pas se défendre ? Ouais mais intel est plus fort » etc... 

Bon après à plusieurs on est toujours plus fort mais même si tout le monde est méchant et contre cette personne, il y aura toujours une ou plusieurs qui trouveront pas ça injuste même si elles n’agissent pas forcément du coup il faudrait quelqu’un vraiment qui s’engage pour les forcer eux aussi à agir contre ça et faire le poid face aux agresseurs...

 

Après je pense que les personnes qui sont dans ces situations d’harcèlement paraissent fermées et le sont malgré elles puisqu’elles subissent constamment des agressions et moqueries etc /Après pour les sortir de cette bulle et se lier d’amiti par exemple avec eux (aussi pour les aider etc) le temps dépend de chaque personne ce qu’on lui a fait, si elle a toujours eu l’habitude d’etre Seule / mais après je pense que personnes n’aime être seule chez soi oui on peut vouloir être seul dans sa chambre tranquille mais pas à l’ecole... même si on ne parle pas ou on lit un livre ou on veut du calme juste savoir qu’il y a des gens avec nous c’est déjà beaucoup mieux ! / il fait aller voir la personne quand elle est seule dans l’a cour ou à la cantine par exemple et parler avec elle. Pas forcément tout de suite des sujets qui fâchent mais de choses drôles par exemple pour encrer une relation d’amitié avant de parler sérieux /parce que la personne ne voudra pas se confier aussi facilement à quelqu’un qu’elle prendra au début comme un potentiel harceleur qui va l’humilier ar la suite / bien sûr, il y a beaucoup de chances pour qu’on se fasse rejeter mais il faut toujours revenir vers la personne pour montrer qu’on est la mais sans non plus trop l’envahir/être présent mais n’en retrait et la personne viendra naturellement (quand elle se sentira de le faire) vers nous. 

Le meilleur moyen pour qu’elle prenne confiance et lier rapidement une amitié pourrait être de juste rester avec elle : vous êtes dans un endroit calme (couloirs?) elle est sur son téléphone, vous vous lisez un livre, vous êtes à côté, silence réconfortant (il peut être gênant mais ça passera avec le temps) le plus important et de montrer que l’on est là pour elle et qu’on se sent bien avec elle on est pas là pour être gêné on veut juste apprendre à l’a connaître et passer du bon temps et quand aux autres, c’est des idiots c’est tout. (On peut aussi la conseiller bien sûr) et son quotidien sera déjà mille fois mieux(rien qu’au niveau relationnel ce qui occupe là moitié voir plus de la journée) et après on peut même l’introduire dans notre groupe d’ami etc

En tant que maman de deux petites puces dont la plus grande commence tout juste l'école, ce genre d'histoire me met en rage et m'inquiète profondément.

Le harcèlement est un fléau qui ne devrait jamais exister. Je trouve ça fou qu'en 2019, on a encore des enfants qui préfèrent se donner la mort plutôt que de continuer à se rendre à l'endroit même où ils devraient se sentir protéger ! 

C'est avant tout aux pouvoirs publics d'agir et d'apporter des solutions pour que les phénomènes d'harcellement n'arrivent plus.

Lucille

Ajouter un commentaire