Et nous sommes des putains de machines

Diable
Ça va être long. Très long. Pourtant, je vais essayer de ne pas y aller par quatre chemins, ni quatre métaphores. Alors préparez-vous. À écouter les malheurs ridicules, mes plaintes inaudibles mais lisibles. À comprendre l'histoire de ma vie. Je crois qu'il vaut mieux commencer par le début. C'est toujours mieux de commencer par le début. D'abord, le Nord Pas de Calais. Naissance, 4 années heureuse. On connaît pas l'ennui à cet âge là. Juste les potes. Ya rien pour vous preoccuper. Après, le déménagement. En Bretagne. C'est joli la Bretagne hein? Les jolies côtes, le joli sable, les jolies plages, les jolis cou hdrs de soleil,les jolis bateaux, les jolies vaches... Les jolies niaiseries plutôt! Je ne sais pas si la vie m'aurait blessée à ce point si on était restés dans le Nord, ou si la blessure aurait été moins profonde. Ou au contraire plus profonde. Bref. C'est la que j'ai commencé à observer les gens je crois. À comprendre qu'ils fonctionnaient par groupe détachables mais pas attachables, par paires qui s'embriquaient mais aussi par puzzles qui se haissaient. Quand j'y repense, je crois que j'ai passé la majeure partie de ma ié à observer les gens. Pour les comprendre,mais surtout pour vaincre l'ennui. L'ennui... C'est en maternelle que je l'ai découvert. Je ne savais pas ce que c'était. Mais il savait se manifester. Par. Des. Putains. De. Douleur. Au. Ventre. C'est un dessin qui m'a sauvé. Un dessin auquel j'avais mis un titre, pour faire comme les grands. On a compris que je savais lire, et en janvier, je suis passée de la grande section au CP. La cour des grands. L'ennui ne m'avait-il pas suivi? Pendant trois-quatre ans, j'ai eu de nouvelles personnes à observer. C'était génial. Des choses à faire. Enfin. Pour tout vous dire, l'année ou je me suis le mieux portée, ça a été le CP. J'avais 1 an à rattraper, ça m'a fait des cours hyper condensés. Mais l'ennui m'a rattrapé. On a hésité à me faire passer le CM2. Enfin ils, pas moi. C'est rigolo, dans ces cas là on ne demande jamais l'avis du principal intéressé, aussi jeune soit-il. Pas cool. Pas cool du tout. Ils ont jugé qu'un an ça suffisait. Peut être qu'ils avaient raison, peut être qu'ils avaient tort. On ne pourra jamais le savoir. Les quatre années de collège se sont passées dans un brouillard. Je faisais allemand et latin. J'ai continué à pratiquer l'équitation, je me suis inscrite en 4eme à l'athlétisme pour faire de l'endurance. Quand on est petite et fine comme je l'étais, c'est idéal pour performer, disait mon entraîneur. Sauf qu'en 3eme, je me suis mise à grandir... Alors, pratiquement au même moment où je cochais la case pour accepter la décision du conseil de classe, à savoir m'envoyer en seconde générale, j'ai décidé d'arrêter l'endurance pour faire de la perche et des haies. Concernant ma vie sociale, elle était quasi nulle. J'avais des potes. Je me rend compte maintenant que je n'avais qu'une amie. Mais en seconde, je me suis ouverte au monde. Nouveau lieu, nouvelles gens... Mais au bout de trois mois, l'ennui a réattaqué. M'a bouffé l'estomac, tordue de douleur. M'a empêchée de dormir. Je dormais par série de trente minutes, entre 3 et 6 par nuit. Ça faisait entre 1 heure et demie et 3 heures de sommeil. Et je passais presque tout mon week end à dormir. Pas de cours, pas d'ennui, pas de Douleur, enfin du sommeil. C'est à ça que s'est réduite ma vie. A une douleur. Et c'est ça qui fait le plus mal. Ma vie n'était qu'une putain de douleur. Les choses qui m'ont sauvées cest lathlé et le cheval. La première pour me prouver que la vie a moyen d'apporter des bonnes choses, la seconde pour me rappeler qu'après chaque chute je pouvais encore me relever. Seulement maintenant, vous me suggérer de passer plus de temps en cours ou d'abandonner le cheval? Vous me demandez de choisir entre souffrir sur le long terme ou me mutiler, de me tuer par petits bouts? Mais que voulez vous que je fasse? Que voulez vous que je réponde? Et surtout, Surtout, Que voulez vous que je pense? Et Alors, je me suis mise à espérer. Ptet qu'en fait on est dans le coma et qu'on rêve, ptet que la vie en vrai est pas comme ca... Et puis j'ai commencé à comprendre qu'en fait, il n'y a pas que la vie qui est une usine. C'est surtout que nous sommes des machines. Qu'on nous traite telles qu'elles. Et ensuite, j'ai pleuré. Beaucoup pleuré. J'en veut à la vie, je n veut à tout le monde. J'men veut à moi et aux autres. Comment est ce que ça pourrait en être autrement? Je vous avoue que plusieurs fois, j'ai hésité à passer à l'acte. Plus que plusieurs même. L'acte en lui même correspondrait non pas à une fuite mais à une volonté de liberté. A moins que ça ne soit la même chose. J'ai pensé à partir loin pour voir autre chose que des têtes de cons, et pour laisser l'ennui la ou il est né, en espérant ne plus jamais le revoir. Ou bien carrément avaler des médocs en quantité suffisante pour dormir jusqu'à ne plus me réveiller. Une insomniaque qui meure dans son sommeil, ridicule hein? C'est la vie elle même qui est ridicule. Allez pas croire le contraire. La seule chose qui a fait pencher la balance, c'est lui. Lui il est pas grand chose, une personne comme vous et moi. Lui,j'ai jamais réussi à le comprendre. C'est une des seules personnes pour lesquelles je ne peux pas prédire de réactions. Lui il est génial parce qu'il est différent. Lui il est génial parce que je sais que le jour où je le comprendrai, c'est parce que j'aurai réussi à le comprendre. Parce que je l'aurai voulu. Et ces personnes la, les incomprehensibles, quand on les comprend, c'est parce qu'on les aime. Je sais pas si c'est réciproque. Je men fous. Ou pas. Un avis parmi bientôt 8milliards, c'est rien, m'a t-on dit. Et juste parce que je déteste tous ceux qui rabachent chaque année la même chose, je vais le donner, le mien, d'avis. *Je t'aime*
Arctiqua

Commentaires

Merde. Moi qui suit sur ce forum depuis pfff je compte pas les années j'en ai vu passer des textes "philosophiques" de la plume dado de 12 ans. Normal on a tous sa phase poète. Mais là tu m'as soufflé. Je sais pas si c'est parce que j'ai de la musique aux oreilles et du coup ça rend tout plus intense mais je vais le dire: ce que t'as écrit c'était... bon, bien, intéressant, intense, tout ce que tu veux. Enfin bon passons le talent decriture. Faut que tu taccroches. Accroche toi à tout ce que tu peux et veux. T'as de la chance t'as des choses auxquelles tu tiens. Agrippe toi, à quoi ça sert la vie si c'est pas pour faire ce qu'on aime, ou tout simplement aimer à fond? Ta vie est un film, un livre, tu en es le héros. Pense de cette façon et donne toi les moyens de réussir parce que malheureusement les tragédies c'est plus commun que ce qu'on pense

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.