Depuis une semaine, je vis une histoire d’amour...

avec mes fluos ! Je les adore. Je sais pas comment j’ai fait pour pas fluotter avant ! Je surligne, je souligne, j’annote, ... J’adore ça. J’ai développé des techniques très précises. Un code couleur pour chaque titre. Je choisis très précisément la grosseur du trait... c’est un art et je suis devenue championne dans l’art du fluottage de cours.  Je suis accro. Je ne sors plus jamais sans mes fluo. Ce sont mes petits trèfles à 4 feuilles. Sans eux, je ne suis rien. Ils m’accompagnent partout partout... Je me pointe pas à mes exam sans mes fluo.   Mon frère, ce délinquant en puissance, a d’ailleurs bien pigé que pour me rendre folle, il suffisait de me les piquer. Il m’a fait cette stupide blague avant-hier, j’ai cru devenir dingue. Et là-dessus ma mère s’est rangé du côté de mon frère en criant « mais il faudra bien que tu vives sans eux. » Mais ils sont tous horribles dans cette famille. Ils ne comprennent absolument rien ! Qu’ils me foutent tous la paix ! Qu’est ce que ça peut bien leur faire que j’aime mes fluos ! C’est pas leur histoire... c’est le mienne !  Mais c’est comme si dès que je trouve un truc à mwa, faut toujours qu’ils se marrent, qu’ils rigolent, qu’ils me critiquent, qu’ils trouvent ça débile... et en plus j’ai alors l’impression qu’ils se liguent contre mwa... et même s’ils me disent que c’est pour rire... et ben mwa, ça me fait pas rire... et je le prends pour mwa...  J’avoue, y’a des moments où j’ai pas du tout d’humour, je suis juste absolument premier degré (dixit mon père)... et j’arrive pas à me décaler... ça vous arrive aussi ?   

Question classique des examens : Qu’est ce que je fous là ???

Les lignes de mes cours s’embrouillent dans mon cerveau, ma tête est pleine à déborder, je suis au bord de l’explosion... je vais vomir des maths, du français, de la géo, de l’histoire, et surtout de la chimie... Ahhhh et alors revient tjs pdt cette même période LA question [qui tue]... « mais qu’est ce que je fous là ? » elle revient pile poil à cette saison. Comme quelque chose d’inévitable. [pourtant c’est pas le moment de philosopher sur le sens de la vie... pas le temps, pas le temps]   Je me sens tellement coincée, à l’étroit dans ce moment du blocus et des exam comme si j’avais mis des fringues de quand j’avais 8 ans. Le truc pas confortable du tout ! Et en même temps, je peux pas les enlever ces vêtements, sinon, je suis à poil... j’ai tjs un peu l’impression d’être à poil pdt les examens... les grandes questions s’enchainent et ça finit par me donner le tournis...   Vous avez pas ça ? C’est kwa votre truc alors ? Pour passer cette période ?   Ne me dites pas « TAKA étudier » ... ça... je le sais... et ça m’aide pas... Mwa, mon jeu favori, c’est de faire « avance rapide » dans ma tête, de me dégager magiquement de cette période et de me projeter tout aussi magiquement dans plus tard... C’est comme si ça me soulageait un peu. Juste 5 petites minutes. Une toute petite bouffée d’air. Je me vois libre, je me vois décidée et décider... c’est mwa qui conduis... LA classe ! Et voilà, c’est reparti... j’y suis dans le plus tard mais là... tic tac tic tac ... faut que je bosse maintenant !   Ca va vous les exam ? Des trucs pour rendre la période un peu moins suffocante ?

[Ronronnement] il fait bon quand on se serre les coudes !

Il y a deux choses qui m’occupent pour le moment. Les examens qui se pointent à TGV (style c’est carrément demain kwa !) et vos messages.   L’un des sujets est angoissant et me rend absolument pleine de boutons, je ne vais donc pas m’étendre aujourd’hui. On disait qu’ils n’existaient pas. Par contre vos mots, vos messages, vos humeurs, vos chroniques, votre créativité, vos sourires, vos cœurs, vos merciii (merci MlleCupcake et toutes les autres, hein !J’ai bien reçu et tout tout lu), vos serrages de coudes qd l’un ou l’autre va un peu bof (ou pas du tout bien)... méritent bien que je me roule dedans comme dans l’herbe fraiche !   J’aime bien la chaleur, la douceur et la franche sympathie qui règnent ici depuis un petit moment maintenant... c’est comme prendre le soleil en pleine face. D’un coup, on est transportée ailleurs. Un vrai coup de chaleur, l’amitié qui titille de l’intérieur, la créativité à toute allure !   Je lis chacune de vos humeurs, chacun de vos comms et derrière chaque ligne, chaque mot, je sens votre présence. Parfois, je souris, parfois ce sont des larmes Je vous devine. Ca transpire l’amitié dis donc ici ! J’en prends tous les jours qqs grandes bouffées, je gonfle mes poumons et m’étire vers le ciel !! Bien droite face au monde ! Waouw ;o)   Cet espace je l’aime de plus en plus. Ce jardin juste voilé, la toile écarlate, bien vivante, claque au gré de vos messages. J’adore sentir la proximité de nos petites vies même si chacune est bien unique. On ne se sentira jamais à l’étroit ici, que continue le serrage de coudes ! ;o) Surtout, ne vous retenez jamais de déposer ici qqs mots, qqs lignes, qqs humeurs !  

Allez Troller ailleurs!

Pas envie de faire la police (ça, je l’ai déjà dit) des pseudos. J'avais donc concocté avec mon super couzzz, un système révolutionnaire qui permet de protéger les pseudos. Il marche, il a été testé, éprouvé, malmené et si vous vous enregistrez, votre pseudo sera sur mon blog protégé à jamais!

Voici un rapide mode d’emploi :

Il faut vous enregistrer ici : http://www.100drine.be/user/register une fois que c’est fait, votre pseudo est définitivement à tout jamais réservé, préservé, sauvegardé !!!

Et pour se reconnecter plus tard http://www.100drine.be/user

Waouw !!! La révolution !!!

Et ceux qui souhaitent ne pas s’enregistrer, peuvent rester anonyme no problemo ! Mais ne pourront pas, les petits fripons, emprunter le pseudo de qq1 d’autre...)

 

Et pour ceux qui aiment encore bien troller (pour la définition du Troll, voir ici ) , juste vous informer que qd même chaque PC laisse des traces uniques... Sous chaque Troll, une IP... 

A chacun de faire avec...

mais c'est décidé, si j'en ai marre, je dépublie, bannis, bloque, renvoie ailleurs...

 

Voilà, je vous laisse écrire dans ce coin, raconter vos humeurs et autres nuages blancs ou noirs et s’il y a un problème, surtout, surtout sachez que je garde un œil sur chacun de vos petits mots...

 

Des bizz ;o)

100drine !

Comme un drôle de sentiment...

C’est étrange. Je suis allée voir la prof d’histoire. Contrainte et forcée. J’avais imaginé tout un tas de trucs à lui dire sur base de ce que vs m’aviez envoyé (merci pour votre inspiration !). J’avais quasi pas dormi de la nuit. Je répétais mon petit discours en boucle.  « Madame, je peux vous parler ? Voilà en faite, j’ai fait une connerie. Le mot que vous aviez demandé que je montre à ma mère et que je lui fasse signer en fait, elle l’a jamais vu pcq c’est mwa qui l’ai signé. Alors je vous présente mes excuses. » (Là-dessus ma mère avait bien insisté, tu ne t’excuses pas, tu présentes tes excuses, pffff comme si c’était pas déjà assez compliqué)   Elle restait là, sans un mot à me regarder. M’écoutant attentivement avec ses yeux qui me mettaient mal à l’aise. On aurait dit qu’elle voyait à l’intérieur de mwa. Je regardais de temps en temps le bout de mes chaussures pour essayer de pas trop m’enfoncer dans le sol... et voilà qu’elle me sort un truc de ouf.    « Je le savais très bien 100drine que tu avais signé toi-même le mot » Ahhhhhh, KWA ? PARDON? Elle s’en doutait et elle a rien dit ? Alors là, c’est le sommet de la honte ! Tout ce temps, elle avait compris et elle continuait à faire semblant de rien ? Franchement, c’est un peu bizarre non ? Et elle m’a dit, « Je suis bien contente que tu sois venue présenter tes excuses que j’accepte. On peut passer à autre chose maintenant » et pour elle, voilà le tableau est effacé. C’est cool mais mwa, je peux vous dire que j’en garde une trace... Il me faudrait cette pilule qui permet d’effacer les mauvais souvenirs (dingue, hein !)    Et finalement, si c’était à refaire... pê que j’écouterai qd même certains de vos conseils... ;o)  

Hé bien j’ai risqué trop GROS

L’histoire ne s’arrête pas là. Ma mère non contente de m’avoir passé le savon du siècle a pris un malin plaisir à raconter à mon père qu’elle faussaire leur fille était devenue.... Et là, double sanction, horrible.  Je voudrai revenir en arrière. Me cacher dans un trou de souris. Ne jamais avoir au l’idée d’imiter cette signature. Comme j’aurai aimé avoir eu le courage de me prendre la douche froide toute suite (vous aviez raison, j'admets). Là, ne pas avoir de gsm c’était déjà l’enfer sur terre style je suis seule au monde. (Même si je suis parvenue à le trouver, à tromper sa vigilance de chien de garde et à le rallumer 2x sur la semaine – oh la tonne de trucs que j’ai loupé à cause d’elle !)   Maintenant, mes parents se sont emballés à deux (et ça, c’est vraiment pas bon signe) et résultat je dois aller le dire à la prof. Je dois aller m’excuser. Mais on s’en fout, la prof elle n’y a vu que du feu. Et là je comprends pas pq il faut que j’aille m’excuser auprès du prof.  Il trouve que c’est pas respectueux de l’avoir trompée en imitant une signature et surtout de ne pas avoir écouté à son cours. Oui mais elle elle a eu ce qu’elle voulait, une signature. Alors pq faut gratter et me foutre la honte ? J’veux pas en rajouter une couche mais franchement, c’est la faute à son cours trop nul qu’on en est arrivé là. J’ai déjà mal au ventre de me retrouver devant elle à la fin du cours et tous les autres vont se fichent de ma poire, je vois le tableau d’ici... Qu’est ce que je vais bien pouvoir lui dire à cette prof ? Comment je vais commencer la discussion ? « Madame, je viens pcq en fait, c’est pas vraiment ma mère qui a signé le mot,... » oh la honte, je vois ça d’ici... comment je lui dit ? QQ1 a l’idée du siècle ?  

Qu’est ce que je risque ?

C’est un peu ma phrase du moment. C’est comme ça que je vis. Quand je fais qq chose que je sais que je peux pas trop faire, style imiter la signature de ma mère, je me demande toujours « Qu’est ce que je risque ? » Hé ben là... j’avais pas trop bien évalué les risques... Donc après bcp de tergiversations, de ratures sur une feuille de brouillon, j’ai décidé d’imiter la signature de ma mère. Persuadée que jamais personne ne me prendrait. Ca y est j’étais une faussaire de grande renommé, l’imitation était trop parfaite. C’était sans compter sur  1/ mon côté tête en l’air absolu 2/ la curiosité inégalée de ma mère   J’ai oublié mon journal de classe sur la table de la cuisine. Oublié (quelle gourde je suis !)... et ça, je sais que c’est pas le genre de chose à laisser trainer pcq ma mère, de 1 tout ce qui traine sur la table de la cuisine elle a décrété que ça lui appartenait et de 2, elle croit que le journal de classe c’est autant à elle qu’à mwa.  Donc elle a regardé. Donc elle a vu le mot de la prof. Donc elle l’a lu. Donc elle a vu la signature qu’elle n’a pas faite. Donc elle a crié après mwa. Donc je me suis fait complètement engueulée.  Vous me direz que vs me l’aviez dit... je sais mais bon, je fais pas tjs ce qu’on me dit... Résultat, j’ai découvert que ma mère était encore plus sadique que ma prof... elle m’a pris mon tel jusqu’à la fin de la semaine. AHHHHHHHHH je suis trop dégoutée...   Comment je vais vivre sans tel jusqu’à la fin de la semaine ? Autant mourir tout de suite ! Et si je partais en croisade ultra secrète pour récupérer mon tel ? Je sais pas où elle l’a planqué mais je finirai bien par le trouver... non ?   

Camille Lepage, ses yeux pour hurler le monde...

Je suis dégoutée... mwa, qd j’entends des trucs comme ça, ça a le don de me foutre en l’air... je la connaissais pas pourtant Camille Lepage.  La première fois que j’ai entendu son nom c’était hier, par mon frère. Il m’a dit d’une traite avec son regard hyper sombre (ce regard qui me dit que je dois l’écouter, c’est le moment) « Arrête un peu de te prendre la tête avec tes trucs de gamines. Ouvre les yeux  sur le monde ». Puis il m’a raconté l’histoire de Camille... 26 ans photojournaliste en Centrafrique (depuis, je suis allée voir où c’est sur une carte, pcq mwa et la géo, on n’est pas super pote...) qui réalisait un reportage au cœur du conflit.... morte en faisant son métier, au bout du monde, assassinée, arrachée à la vie alors qu’elle essayait juste de montrer à un côté de la planète ce qui se vit de l’autre côté. Ok, je veux bien arrêter de me regarder le nombril mais là... ouvrir les yeux sur le monde et entendre ça... ça me donne juste envie de vomir sur la vie. Un goût amer dans le fond de la gorge qui persiste. Depuis hier, je pense à elle. Je regarde ses photos ici et ici Camille, j’envie ton talent, j’envie ta vie... sauf la fin... C’est hyper trop tôt pour être poussée de l’autre côté. Et tellement injuste. Ta vie à toi, c’était de trouver l’instant, le bref moment pour hurler qq chose au monde entier. Hurler avec tes yeux, ton cœur, ton intelligence, ton talent. Une guerre. Le quotidien de milliers de gens pris aux trippes par ce conflit.  Tu disais « Je ne peux pas accepter que les tragédies des gens soient occultées, simplement parce que personne ne peut en faire d’argent. J’ai décidé de le faire moi-même, et de les mettre en lumière, quoiqu’il arrive. »  Franchement, je voudrai une vie comme la tienne. Vivre avec passion et croire exactement en ce que l’on fait. Je sens que j’ai ça au fond de mwa... mais ça m’écorche les trippes de voir ce mur noir qui se dresse juste là, à 5 cm de mes yeux... Comment ouvrir les yeux sur le monde sans ressentir ce vertige, cette béance aspirante qui fait qu’on a juste envie de détourner le regard, vivre sa petite vie pépère, avec son chat, juste parler de la pluie et du beau temps ? Hein, comment on fait ?

Ma mère va me tuer !

 

C’est décidé, je déteste ma prof d’histoire!!! Pour qui elle se prend ???

 

D’abord elle me fout la honte devant toute ma classe mais en plus, elle se gène pas, elle me confisque mon GSM. C’est pas ma faute si son cours est ultra nul, et que du coup pour passer le temps j’envoie discretos un petit message à Hub pour voir comment il va !

Ca va être ma fête je le sens.

 

L’école c’est quand même parfois pourri. Tu rentres de là et t’as encore des problèmes...

Quand je vais montrer le mot de la prof à ma mère ca va être encore un : « ça t’apprendra à pas être attentive en classe  !» ou un « la prochaine fois c’est nous qui te le confisquons » ou encore mieux il me priveront de sorties !

 

Evidemment je peux même pas lui dire que le cours était pas intéressant, elle me croira pas...

 

ULTIME SOLUTION...je lui dis rien et j’imite sa signature.

 

Je le fais ou je le fais pas ?

#BringBackOurGirls # Ramenez les 234 filles kidnappées...parce qu'elles allaient à l’école !

 

Là j’avoue, l’actu m’a branché. C’est quoi ces dingues qui ont enlevé 200 ados parce qu’elles allaient au lycée ? Vous avez entendu ça ? Au Nigéria, la secte Boko Haram refuse que les filles aillent à l’école et s’instruisent.

Déjà que nous sommes plus futées que les mecs... Mais si en plus on va à l’école ! Il y a des jours où je trouve mon école vraiment pourrie-pourrie, mais today, j’aurais plutôt envie de remercier mes profs.

Donc, ces dingues ont enlevé 234 adolescentes, pour les marier de force (j’appelle ça VIOLER), les vendre ou je ne sais quoi.

Les parents, amis tentent de se mobiliser, demandent d’en parler, de faire circuler le #BringBackOurGirls # De se remuer....

Oui, se remuer... Mwa, faire circuler #BringBackOurGirls #  je veux bien mais c’est pas grand-chose. J’aimerais faire plus ; mais kwa ???

Vous avez une idée ?

 

MAJ du 08/05 : Boko Haram : qui sont ces terroristes qui « vendent » 276 lycéennes ?