# des vacances good vibes ;o) justes... délicieuses ...

Non, je ne pars pas à l’autre bout de la terre, sous le soleil les pieds enfoncés dans le sable fin, non je ne vais pas quitter mon habituel microcosme de vie quotidienne MAIS 1/ j’ai AUCUNE note rouge... yes yes yes !!!! Alors je sais que toutes mes notes ne sont toutes hyper dingue mais bon... aucune n’est rouge et ça, c’est déjà une mini garantie de vacances tranquilles... mes parents vont pas pouvoir être non stop sur mon dos (d’ailleurs, c’est j’avoue un peu ce qui m’a motivée pdt les tests... l’idée de les avoir sur le dos m’a foutu un bon coup de pied au fesses ;o)) 2/ mon frère est complètement in love ce qui le rend passablement plus vivable au quotidien. Même que pê qu’il sera moins à la maison... et ça, ça c’est le vrai goût de vacances ;o) 3/ je vous avoue, je suis habitée par une immense good vibes, un truc de dingue et je compte bien rester bien perchée sur le haut de la vague pdt toutes les vacances. JE sais aps d’où elle vient mais celle-ci elle est pas prête de me filer entre les doigts ! 4/ je vais faire des trucs, j’ai plein de plans dans tous les sens avec mes potes et des cousines... je sens que ça va bouger, yes ! ;o) Mais ce que je veux par-dessus tout c’est me préserver des moments toute seule pour lire et trainer... ça me manque ces derniers temps de simplement trainer... Et vous ? Elles se dessinent comment vos vacances ?

Un suicide... des messages assassins..

Ca reste dans ma tête. Comme une griffure. J’ai entendu l’histoire d'une fille de 12 ans qui s’est pendue. J’ai froid.  Je ne la connaissais pas. Peu importe.  Partout, on dit que c’est à cause d'un harcèlement qu’elle vivait. Et mwa, dans ma tête, ça me met en rage. Pas contre elle... pas du tout. En rage contre tout autour... en rage contre le vide qu’elle a perçu... mwa, j’imagine qu’elle ne voyait plus rien... le brouillard est devenu tellement dense, tellement collant, qu’il a fini par l’aspirer... Il y a dans ma tête un petit bonhomme qui sautille en criant « IMPUISSANCE, IMPUISSANCE » Il agite tjs les même questions qui tournent alors en boucle. 

Est-ce qu’elle ne voyait personne autour d’elle chez qui elle pouvait déposer son sac de pierres ? 

Comment on peut aider les gens à dépasser l’idée qu’ils ont d’être seuls, seuls à devoir se débrouiller avec ce qui leur arrive, qu’ils ne peuvent pas compter sur les autres ? 

Comment on peut aider les gens à dépasser ce sentiment de honte qui bien souvent nous paralyse ?

« Non, je peux pas lui dire ça, j’ai trop honte. Puis après, il ne me verra plus que comme ça... »

Comment quand on est dans ce brouillard tout collant trouver la petite chose qui va faire qu’on va choisir d’ouvrir une porte et pas de les fermer toutes à tout jamais ? 

Pourquoi on n’arrive pas à couper le fil de ces sites sur lesquels on est injurié ? 

Comment trouver la force pour monter au créneau, pour faire barrage à ces insultes quand on les voit se produire juste là, devant ?

Ou puiser cette force ?

C’est kwa vos trucs pour intervenir quand il y a des mots assassins qui volent sous votre nez, qui sifflent sur vos écrans ? 

#cette peur qui me file un vrai coup de pied aux fesses

Le silence m’a emprisonné qqs jours. Au fond de mwa pourtant il y avait beaucoup de bruit... un vrai concert de métal... mais catégorie amateur, rien d’harmonieux... J’ai la rage, pê aussi un peu la haine mêlé à une trouille que je n’ai pas/plus peur de dire.

Cette trouille qui me colle à la peau, ça me fait me sentir en vie. Je ne suis pas morte alors il y a tout plein de trucs qui me traversent... c’est ça la vie, non ? Tout le monde hurle qu’il ne faut pas avoir peur pcq alors « ils » auraient gagné mais mwa, je ne suis pas gelée à l’intérieur et cette peur elle, depuis que j’en parle autour de mwa, me fout un bon coup de pied aux fesses finalement.

Cette trouille qui s’était installée en mwa semblait vouloir que je me pétrifie, que tous mes neurones s’arrêtent et que je me taise à jamais sauf pour dire « même pas peur, même pas peur ». Une fois que j’ai pu dire à ma mère que j’avais peur et qu’entre deux épluchures de carottes elle m’a répondu qu’elle aussi elle avait peur (je me suis d’ailleurs aperçue qu’elle n’avait pas du tout les mêmes peurs que les miennes, ça je vous raconterai pê une autre fois, pcq elle m’a touchée ma petite maman avec ses peurs de mère poule), ça m’a remis en route pour réfléchir.

C’est pas encore tout à fait clair dans ma tête (est-ce que ça le sera un jour ?) mais en faite, ce qui me fait le plus peur, c’est la solitude. Ce n’est pas de mourir, ce serait de vivre à genoux (c'est pas de mwa mais de Zapata) en osant plus aller vers les autres, en refusant de parler aux gens que je ne connais pas, en vivant cloitré en me disant que je ne peux compter sur personne. Ca ça me fiche la trouille oui. Comment je fais si je n’aime plus les autres ? Je crève... pcq l’autre, c’est un mystère et cette putain d’énigme, elle me fait tenir à la vie ! C’est un vrai sac de nœuds mais ce que je sais aujourd’hui, c’est que j’y tiens à ce sac de nœuds... pê même plus qu’à la prunelle de mes propres yeux...

Merci d’avoir déposé vos textes ici, ici, ici, ici, ici et ici pcq qu’est-ce que ça m’a fait du bien de lire vos mots, de me reconnaître dans certaines de vos phrases... ils sont comme des petits morceaux d’un grand patchwork... c’est ça que j’aime par dessus tout... d’être ensemble. Merci. 

Merci aussi à mon cousin qui m’a envoyé ceci : « Ne renoncez à rien... surtout pas à la vie » et à Jean Jullien pour l'illu ;o)

#Parolesdeparents // les PP assassinent...

Il y a des mères qui sont bizarres... Elles te donnent la vie mais voudraient garder la main mise sur ton corps... J’ai une copine qui a une mère dont la vie est complètement dirigée par la pub ! Si c’était que la sienne ok mais le pire c’est qu’elle trouve que sa fille (ma copine), Caro, est trop grosse ! Résultat : Caro s’est fait trainée de force chez la nutritionniste... dingue ! Mwa, je la trouve très bien Caro et surtout, c’est que Caro elle se sent tout à fait bien dans sa peau ! Un peu comme ce que tu racontes Fivesaucesfemmes  Et entre potes on en parlait, on se disait toutes les petites phrases assassines que l’on peut entendre et que l’on encaisse sans rien dire... du style de celles laissées par Asya19 et Shannakress♥  « Eh ben, on sait pourquoi tu as du ventre... » « Quand on rentre de vacances, régime ! »,...  Elles ont peur de kwa nos mères ? C’est comme si elles voulaient que ce corps /qui n’est pas le leur/ soit à elles... ou bien, elles, elles se sentent tellement pas bien dans leurs corps à elles qu’elles se voient dans celui de leur fille... bizarre non ? Par contre, pour d'autres filles, les kilos ne s’accrochent pas... et leurs yeux dans le miroir renvoient un corps qui ne semble pas être le leur. Un squelette, des côtes qui ressortent. Et une gêne qui s'installe quand il faut se mettre en maillot de bain.

Trop ou pas assez ?

Le regard des autres.

Se sentir dans son corps.

Se débrouiller avec ce corps face aux autres...

 Est-ce ce corps là qu’il faut ? Faut-il un corps adapté, lissé aux regards des autres ?

C’est ma vie, c’est mon corps ? Vrai ou faux ?

# Ca m’énerve quand on me dit

 

« C’est pas grave, ça va passer »

Pourkwa est-ce que les gens se sentent tjs obligé de te dire ça quand tu leur dis que tu ne vas pas bien ? Soit ils te disent ça, soit ils te disent déjà pq tu ne vas pas bien... c’est pcq toi tu ne sais pas mais eux savent pourkwa... c’est simplement pcq ci ou là...

Ohé les gens, en général mwa quand je dis « ça ne va pas » c’est pcq tout au fond de mwa j’ai besoin que l’on m’écoute (capich ?)... simplement... qu’on me relance et pas qu’on me plaque à terre en me disant, ne bouge pas, ça va passer... Avec un air de grand manitou qui sait tout...

Si mon petit cœur saigne, c’est que c’est « grave » non ? 

# les règles ...

c'est mon humeur du moment!!! 

Mwa, dans ces moments-là, faut juste me fiche la paix et surtout surtout ne pas avoir l'amabilité de souligner que je suis de mauvaise humeur, ce qui en général rate à tous les coup! Y a toujours bien qq1 en cours qui te lâche LA phrase trop débile : "l'embête pas, elle a ses règles" grrrrr ça, ça me fait rentrer dans une colère intersidérale. dans une rage de dingue... et là, écartez vous les gens, mieux vaut que je sois complètement toute seule avec moi-même. D'ailleurs, je trouve qu'on devrait avoir l'autorisation "sociale" de rester sous la couette un jour mimimum... Y a pas qq1 qui a envie de sa battre pour ça? On organise une manif? Qq1 ici sait écrire un loi ;))) non?

# Est-ce que c’est une question d’âge ?

Attention, mon cerveau est en total ébullition, 30 000 questions fusent à la minute... Je suis une question moi-même... Mon cerveau a pris le débit de Julien Lepers ( c’est l’idole de ma grand-mère) et me pose ultra vite un maximum de questions à la minute... je suis-je suis... Celle qui se demande  pourquoi des vagues de tristesse la submerge aussi vite qu’elles ne repartent ? si tout ce qu’on fait dans la vie est déterminant pour plus tard ? si je serai mieux en blonde ou avec 15 cm de plus ? est-ce que j’arriverai un jour à regarder les autres dans les yeux sans me pétrifier à l’idée d’imaginer ce qui se passe dans leur tête, ce qu’ils pensent ? si quelque part, il est déjà écrit ce que je serai ou si chacun de mes actes me rapprochent de qui je serai ?  si un jour je ferai le tour du monde ? si il faut avoir mal pour se sentir bien ? si exactement maintenant à l’autre côté de la planète qq1 se pose exactement la même question ? si je décide de me taire pour le reste de ma vie, il se passe kwa ? si tout le monde, à un moment dans sa vie au moins, est jaloux d’un autre ?

... et là, je vous épargne... Est-ce que tout le monde passe à un moment de sa vie par ce nœud-là ou si c’est seulement mwa ?

 

#je m’engage


Yes, je m’engage pour ma petite planète, c’est pas nouveau nouveau... mais là, j’ai l’impression d’être un peu moins seule et franchement, ça me fait du bien.
Alors, MWa, je trie mes déchets, je stoppe l’eau qd je me brosse les dents, je prends une douche expresse plutôt qu’un bain, j’éteins les lumières qd je quitte ma chambre (même si je préfèrerai les laisser allumées pour me sentir accueillie qd j’y reviens... ), j’imprime des trucs que si j’ai bien réfléchi que j’en avais vraiment ultra besoin, je poursuis ma mère pour qu’elle arrête d’acheter des trucs pas de saison et produits hyper loin,... Yes, protégeons la planète... nous dans nos petits gestes de tous les jours et eux aussi, les grands qui décident ils doivent vraiment décider... sinon, ça donne pas vraiment envie et ça décourage vachement.


Je suis certaine qu’on fait tous plein de trucs pour l’environnement, non ?... vous ajoutez à ma liste via les comms ??

 

# quand la tristesse débarque

 

Qu’elle se campe là, face à toi. Irrémédiable. Violente et hautaine.  Qu’elle remplit tout l’espace. Impossible de passer à côté, impossible à éviter. Froide et enveloppante... elle te glace de son poids piquant.  Quand elle décide de s’installer tout au fond de ton cœur, jusqu’à l’user tellement. Tellement qu’il y a du vide, du vide dont tu ne sens plus le bord... sensation de vertige infini. 

Alors on fait quoi quand on sent que l’eau monte et que les larmes ont beau couler, la noyade est proche... hein ? On fait quoi ?

Refugees welcome

Fuir la guerre, la violence, les persécutions au péril de sa vie...

Depuis une grosse semaine, il y a comme un mur qui s’est dressé entre Paul (mon père) et mwa. C’est mwa qui l’ai dressé. Lui semble s’en foutre, ça ne change pas sa vie... le silence se glisse entre nous chaque fois que l’on se croise. Je n’arrive pas à le regarder comme avant... est-ce qu’il est vraiment comme ça mon père ? Mwa, c’est comme si je vivais la vie de tous ces réfugiés qui pour sauver leur peau se sont vu obligé de tout quitter. Leur quotidien, leurs lieux de vie, leurs amis, leurs habitudes, leurs langues, leurs odeurs, leurs vies de tous les jours, leurs écoles,... arrachés... c’est comme si j’étais aussi un peu arrachée avec eux... je ne peux tellement pas m’imaginer devoir faire le trajet qu’ils ont fait... me retrouver là, chez eux au milieu de nulle part, ne comprenant rien à rien... alors...je sais pas, je voulais juste dire : welcome, bienvenue...