Aujourd’hui, je suis Raif Badawi...

Voilà...maintenant ... juste envie de silence...de sentir ce vide qui m’habite quand j’entends ces choses qui se passent sur ma planète... à qqs milliers de km de mwa...
De dire combien je suis « Raif today » et combien je ne comprends pas ce qui lui arrive... emprisonné et flagellé... 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour être un blogueur qui s'exprimait sur ce qui l'entoure.
Je suis dans ce monde immergée, emportée par dans un tourbillon de questions qui tournent sans arrêt dans ma tête...  jusqu’à l’écœurement... alors parfois, pour me protéger, pour pouvoir encore mettre un pied devant l’autre, je choisis de fermer les yeux... de ne pas voir... pcq sinon, j’ai l’impression de mourir...
Mais je ne peux pas ne pas voir... sinon, j’ai l’impression de m’auto-enchainer, de m’auto-asphyxier, de m’auto-étouffer... je veux me battre pour cette liberté...
Je suis Raif Badawi qui est Charlie... on devrait donc logiquement être des millions sur les statues des places publiques pour crier « Je suis Raif »... et on devrait crier avant qu’il ne soit mort...  en attendant un grand mouvement de masse dans les rues... il y a une pétition qui circule... c’est par ici

 

/Merci à ma prof de Français qui a fait un cours là-dessus sinon... pê que je l’aurai jamais su et ça, c’est encore pire.../
Et vous, comment vous diriez que vous êtes (ou pas)  Raif ? La page des commentaires est ouverte et n'attend que vos mots ;o)

#Je passe ma vie à faire « refresh »

50 fois par minute et rien... ‘fin presque aucun comm’, aucune humeur... Ohé y a qq1 ??? Les gens vous êtes où ?   Mon couz /ce farfelu de la WEB-plomberie / a insisté pour qu’on fasse la mise à jour du blog « ça va être dingue » qu’il a dit... mwa, je suais des gouttes, j’avais les mains moites... il voulait tout réorganiser, réaménager, redécorer mon petit coin de toile. « Ca sent la poussière ici » qu’il a dit... ça, ça m’a séduite... j’aime pas qu’on me dise que je sens la poussière... mais d’un autre coté, je me sentais bien mwa dans mes vieilles pantoufles.  J’aimais bien ce « vieux » coin d’internet... je connaissais les moindres toiles d’araignées, je savais exactement quand il fallait que j’arrose les plantes, je voyais dès que qq1 pointait le bout de son nez...   Et depuis sa sacro sainte mise à jour... je retrouve plus rien. C’est comme s’il avait tout hyper bien rangé dans des tiroirs ike-A et que mwa je retrouve plus rien et vous ;.. vous n’osez pas entrez... venez, venez, avec vos veilles semelles pleines de boues, jeter vos vestes là, sur le fauteuil à gauche de l’entrée, prenez de quoi faire des miettes sur le tapis, faites que cet endroit ressemble à un lieu de vie et pas un truc si blinquant que personne n’ose toucher à rien... je veux des traces partouououot !!!   Et si c’est inconfortable, criez le ici ou ici !!! envoyez moi des mails, dites moi pourkwa vous restez sur le paillasson (est-ce qu'il y a qq chose qui ne marche pas?)! SVP... ça me manque ce flot d’humeur, de coup de gueule, de cris de joie,... poussez la porte, je veux que ça déborde !!!! Vous êtes tous les bienvenus ! ;o)  

#jesuischarlie // Mots contre armes...

Hier, il s’est passé un truc A-normal.  Quand j’ai poussé la porte de chez moi après l’école, j’ai vu mon père le visage dévasté par les larmes. Ses larmes coulaient, sans bruit. Il faisait sombre, juste la lumière des écrans, une présence engluant la vie. Trou noir. C’est la première fois que je vois son visage absent tordu de douleur et d’effroi. Ce n’était pas de la colère ou de la rage. Première image pour mwa de pure tristesse ? C’est A-normal que mon père soit à la maison à cette heure là. Quelques mots pâteux sont sortis de sa bouche endormie. Attentat. Journalistes. Morts. Liberté. Dessins. Armes. Salauds. Je me suis assise à ses côtés... et en trois secondes j’ai compris et ce mal que j’avais lu sur son visage c’est engouffré en mwa.  Comment peut-on répondre par des armes quand on se sent attaqué par des mots ? Je reste horrifiée... pcq dans ma tête... je ne trouve aucune réponse qui pourrait venir un tout petit peu apaiser... expliquer...  Ce qui me réchauffe, c’est de voir partout dans le monde, une masse coude-serré qui brandi ces trois mots « Je suis Charlie ». La liberté est bien ancrée en nous, elle ne s’arrache pas si facilement. ET oui, on me l’a toujours appris mais là, je le sens c’est palpable et ça fait vraiment partie de mwa...  • NON, quand on vit ensemble, on ne peut pas répondre par les armes à des dessins.  • NON, pcq l’autre nous gêne on ne peut pas s’autoriser à le tuer.  • NON, on ne peut pas vouloir qu’une idéologie soit toute puissante et la seule à exister.  • NON, on ne peut pas vivre à moitié dans la peur et dans l’amalgame. • NON, NON, NON...   Et oui, je continuerai à écrire, à dessiner, à m’exprimer pcq... Mots contre armes // mots avec larmes // mais... mots comptent triple...   et oui, papa, comme toi je suis dévastée... et en même temps, je sens plus que jamais que je suis vivante et comme Charb « Je préfère mourir debout que de vivre à genoux » ...   Un peu plus tard, mon père est venu dans ma chambre et il m’a parlé de ses larmes (je vous raconte pas). Il m’a aussi dit qu’il aimait que je fasse ce blog, même si parfois ça l’énerve.  Ca, il me l’avait jamais dit.   Je salue MlleCupcake, Louloute au chocolat, titi8Lise ♥, Acomeamour, Akomitsu, ... et vous vous en dites kwa ?

# 7 raisons qui font que je vais passer de somptueuses vacances

  1/ j’ai pas de note avec du rouge... même si comme pour vous si j’ai bien lu ici et ici, ce que je fais n’est jamais bien, jamais assez,... faudra quand même que mes parents comprennent maintenant que c’est fini, je ne travaille plus pour eux mais pour moi. Moi, moi, moi ! Ce qui fait de moi la seule juge de mes notes et même si parfois j’aboie grave quand ils me disent que c’est pas assez... souvent je le sais bien moi-même et je suis pas tjs tjs super fière... mais je défends tjs mes notes... pcq elles sont miennes ! 2/ normalement, la nouvelle copine de mon frère sera là pour le sacro saint diner familial du 24 décembre... ce qui me fera des vacances comme ça, je serai pas obligée de participer, de parler et en plus je pense que je peux même espérer avoir une paix royale pcq qd qq1 de nouveau débarque à la maison, toute l’attention est sur lui. Ce qui veut dire, la paix pour mwa ! (ça vous fait jamais ça vous ?) 3/ pcq simpleement je suis de bonne humeur et donc je suis certaine que je ne peux que passer de bonnes vacances. Non, la déprime de certains ne m’atteindra pas !!! Je surfe sur la good vibes ;o) 4/ je vais bouquiner sous ma couette, c’est trop mon truc ça. Je suis d’ailleurs la spécialiste pour me dédormir avec un bon bouquin. Et j’avoue que le passage déposée par Anonyme..... hier à propos d’un bouquin d’Hervé Bazin : Vipère au poing... ca me titille... Je le trouve un peu âcre sur la vie, les autres, l'amitié, non ? 5/ Hubert part avec son père pdt les deux semaines... et bien ça me fera des vacances... oui, j’ai besoin d’air... ça arrive à tout le monde, non ? 6/ j’ai le projet d’écrire... dans mon carnet... je vous raconterai... peut-être 7/ et surtout, j’ai des plans pour aller chez les potes... et on va juste trainer, papoter, rêver, imaginer,... ! J’adore, j’adore !   Et vous, c’est quoi les plans ?  

#L’autre jour, mon mec / Hubert/ m’a dit...

« ce sera bien quand on habitera ensemble »... il était là, planté devant mwa avec ses étoiles dans les yeux...   J’essaie de vous décrire ce qui s’est passé dans ma tête. Je vous le joue au ralenti:   1/ j’ai plongé sur mon masque du « faire semblant » je me suis dit : « Souris 100drine, ♥♥, non pas comme quand c’est la photo à l’école, mieux que ça, vite. Mets, toi aussi, des étoiles dans tes yeux » Je courrais partout dans ma tête. Essoufflée.  2/ quand tout était au point j’ai dit  « ah oui » en ayant pris soin de mettre dans ma voix tout ce que je pouvais comme joie et comme super bonne humeur... 3/ au fond de moi, j’entendais ma petite voix qui d’un air complètement blasé (mais suffisamment fort pour que je l’entende clairement) lâchait un  « non mais en fait, non » 4/ je pense qu’il y a cru...    Et hop balayé. Passe à autre chose 100drine.   Mais qu’est-ce que j’ai foutu ? Impossible de lui expliquer gentiment ce que je ressens mwa... Simplement. Lui dire que je suis bien comme ça et que mwa, les plans sur la comète, c’est pas trop mon truc pour le moment... je sais c’est étrange mais je suis comme ça pour le moment, c’est pas contre lui... je suis lovée dans le brouillard et engluée dans les examens...   Est-ce que j’aurai dû 1/dire simplement la vérité et le regarder tomber à genoux la flèche en plein cœur ? 2/j’ai bien fait de faire ce que j’ai fait même si maintenant, je dois faire avec ce sentiment d’hypocrisie qui me reste en travers de la gorge 3/faire semblant de rien entendre et parler de mes nouvelles chaussettes en léopard   Comment on peut arriver à être vrai /ou se rapprocher au plus près de ce qu’on veut soi/ sans fracasser les autres ?   Vous auriez fait kwa ???  

# quand la tristesse me déborde , je...

Fais un peu comme toi, Akomitsu... je fais comme si de rien n'était. Je pétille. Toute la journée, je garde la tête haute. J’enfouis toutes mes idées noires au fond de mon cœur.  Bouchon. Je ravale en silence la tristesse qui monte du plus profond de mon ventre. Je donne le change.  Parfois, quand le niveau de cette tristesse est parvenu au bord de ma gorge, que je la sens qui se serre... alors je sais qu’il est urgent pour moi de trouver une petite grotte de silence. Pression. En général, je file aux toilettes. Explosion. Je fais un break. Parfois, je laisse couler les larmes en silence. Parfois, je serre fort les poings dans le fond de mes poches, parfois, je respire profondément, calmement, comme si je respirais pour la première fois... puis je ressors et j’enfile mon masque. La fille aux beaux sourires, c’est mwa !   Je pensais être la seule à faire ça... enfouir ma tristesse au plus profond de mwa...   Mais en lisant ton message Akomitsu, je me suis rendu compte d’une chose... qu’il y a bien des signaux qu’on lance pcq c’est trop difficile de donner le change mais que ces messages ne sont pas toujours lus. Pourquoi ? Ces messages nous semblent clairs... et pourtant... tout le monde est là, aveugle, tout autour...   Utiliser des mots pour dire des choses qui touchent le cœur, des choses qu’on ne comprend même pas tjs mais qui sont là dans notre corps est souvent tellement difficile. On voudrait que les autres puissent lire, décoder sans avoir à leur crier qu’on a besoin d’aide...   Comment on fait pour sortir de ces beaux sourires de façade avant de se faire trop de mal à soi-même, en silence ?  Comment on fait pour marcher vers la sortie sans se faire trop mal au passage?    

# Est-ce qu’on peut détester qq1...

Du fond de ses tripes...
Sans même savoir exactement pourquoi ?

Y a une fille dans ma classe, je peux pas la blairer. Et je sais que c’est vraiment vraiment pas sympa surtout pcq elle a carrément rien fait... Mais dès qu’elle ouvre la bouche ou qu’elle passe devant moi, je dois me retenir pour pas lui bondir dessus. Elle ouvre la bouche, j’en profite pour la rabaisser. Elle pleure dans un coin, j’ai tout juste envie de l’enfoncer encore plus... oui, c’est mwa l’affreuse méchante...

Si je vivais dans un dessin animé, ce serait un ralenti avec mwa qui la secoue violement, qui lui bondis sur la tête, qui lui arrache les cheveux... et franchement le pire de tout, c’est qu’elle a rien fait... c’est juste que c’est carrément mon opposé et que je la déteste dans mes tripes... et franchement c’est la première fois de ma vie que ça m’arrive de haïr à ce point qq1 sans raison... qu’est ce que je fais avec tout ce que j’imagine que je lui fais subir ???

Est-ce que ça vous arrive de détester qq1 sans savoir pourquoi ? Même s’il vous a rien fait ? Et vous faites kwa dans ces cas là ???

# Quand je serai grande…

 
Je mangerai des cornichons dans le bocal, dans l’ouverture de la porte du frigo.
Je laisserai trainer mes chaussettes sales jusqu’à avoir utilisé toutes les paires de mon tiroir.
Je me promènerai dans la nuit, juste la lune et moi.
libre
Je dirai toujours ce que je pense. A tout le monde. Tout haut.
Les math ne feront définitivement plus partie de ma vie.
Juste mwa mais certainement un peu autrement…
 

# la lettre que jamais je n’aurai dû lire...

Pcq depuis, j’ai un goût amer en bouche. Il y a depuis comme une griffure dans ma tête. Là,  présente, obsédante. D’abord, je me suis sentie envahie, complètement submergée. J’avais envie de me jeter par terre, de hurler en m’arrachant les cheveux, de taper des pieds après avoir pris soin de mettre mes bottes qui marquent le sol...   Engluée dans l’histoire de Reyhaneh Jabbari. Cette iranienne de tout juste 26 ans qui a été sauvagement pendue samedi dernier. Elle a tué l’homme qui l’avait agressé sexuellement.  Ma toute première réaction c’est de ne pas y croire. C’est juste pas possible. Ma tête ne peut pas imaginer que sur cette terre des gens quelque part (et finalement pas si loin) fonctionnent comme ça.  Puis tout doucement l’info rentre en mwa et là, j’ai juste envie de vomir. Cracher cette horreur. Je ne peux pas garder ça en moi.   Reyhaneh Jabbari a écrit une lettre vigoureusement magnifique à sa mère :« Le monde ne nous a pas aimés. Il n’a pas voulu mon destin. » Je ne sais pas si c’est à ma mère que j’écrirai... pê que oui finalement... Le truc que je me suis dit c’est que cette lettre, c’était une trace et que même si elle a été tuée, son corps balayé, le monde entier doit faire avec cette trace qu’elle laisse... et là... la force de ce qui est écrit explose au devant de la scène...    Parfois, je me dis que je préférais avant. Quand j’étais petite et que je vivais dans le monde des bisounours... Mais ça c’était avant... Maintenant, je dois vivre avec ce qui se passe autour de mwa... et qd ça fait trop mal... mwa, j’ai les mots, peut-être comme Reyhaneh Jabbari... et vous ?  

#J’ai l’impression que ma mère est ...

// pcq j’aimais bien et que certain/es d’entre vous me l’ont demandé, voici un petit texte qui fait partie du grand jeu de chroniques , postez les votres dans la partie Vos humeurs  avec le même titre)

Thème de la semaine : #J’ai l’impression que ma mère est ... (les idées, les propositions de thèmes pour les semaines à venir sont plus que les bienvenues, envoyez les dans les comms) //

  ailleurs... Elle est là, son corps et bien là... mais comment dire... c’est comme si vraiment elle était ailleurs. Parfois, je fais ça en classe, je sais bien comment ça marche. Tu as le corps en face de toi mais tu sens bien que la tête ne suit pas.   Elle est là, à rêvasser toute seule... mais parfois, j’ai le sentiment que c’est comme si elle m’évitait : elle a toujours un truc plus important à faire quand j’essaie de lui causer. Je lui dis des trucs et ça glisse sur elle. Est-ce que je l’énnerve à ce point qu’elle préfère m’éviter ? C’est pas son style à ma mère. J’ai pas trop l’habitude. Pcq elle est plutôt du genre mère collante, hyper présente même quand je revendique haut et fort un peu d’air. Toujours à tout vouloir savoir sur mwa, ce que je fais, ce que je pense, où je vais, avec qui,... elle veut toujours être au courant de tout. Limite des trucs qui la regardent pas du tout mais que je sens bien qu’elle veut savoir quand même et que j’ai pas envie de lui dire pcq c’est ma vie après tout. Mais généralement, elle oublie que j’ai grandi, je dois la répéter 100x, 1000x...   Mais là, c’est comme si tout à coup le fil qu’il y avait toujours eu entre nous était coupé. Paf. Du jour au lendemain. Moi, je lui demandais juste d’allonger un peu la distance entre nous, qu’elle me donne un peu de liberté mais j’avoue que j’ai quand même pas envie qu’elle m'oublie, qu'elle coupe le fil, comme ça du jour au lendemain.    C’est comment qu’on transforme une « mère collante » en mère « présente » // sans passer par la case mère « absente » // ???